Actus

Agenda de l’actualité artistique (spectacles, publications et récompenses) des anciens élèves de l’école en France et dans le monde.

2019

Créations Anciens Elèves

LA TRAVERSÉE DU AZHAR

Cie L'Explique-Songe

Ecriture et mise en scène : Valérie Castel Jordy

Collaboration à l'écriture : David Saint Sulpice

Collaboration artistique : Eric Nesci (promotion 2004-2006 et professeur à l'école)

 

Avec : Simon Bonnel, Emilie Cazenave, Stéphane Delbassé, Isabelle Gardien, Claire Mirande, Eric Nesci.

Un jour, Philippe assiste au démantèlement d'un camp de réfugiés près de son lieu de travail. Bouleversé par cette scène, il décide de « faire quelque chose ». Il convainc sa femme Betty d'accueillir chez eux un demandeur d'asile durant un mois. Plus tard, Madeleine, engagée dans une association, leur présente Azhar, jeune homme venu d'Orient. Au même moment, Suzanne, leur flle, a un accident de voiture. En attendant sa guérison, elle va retourner vivre chez ses parents.

Au cœur de cette famille ordinaire, les relations vont se nouer ou se dénouer au contact de cet étranger venu révéler

malgré lui les forces et les failles des uns et des autres. Lui-même verra sa traversée prendre sens à leur rencontre. Le cadre de l'accueil bien balisé au départ va s'élargir au fur et à mesure des évènements pour atteindre une dimension vitale et planétaire.

CRÉATION AU PARVIS D'AVIGNON / FESTIVAL D'AVIGNON 2019

Du 5 au 15 juillet 2019 à 14h (relâche le 10 juillet)

Spectacle Tout Public, à partir de 13 ans

Durée du spectacle : 1h35 environ

 

MONSIEUR SOMEBODY

Mise en scène : Joanne Allan (promotion 2006-2007)

avec : Fiamma Bennett (promotion 2008-2010), Siva Nagapattinam Kasi, Guillaume Paulette (promotion 2006-2008).

 

L'association Theatraverse vous présente Monsieur Somebody, de Seamus Collins, une création de théâtre bilingue (Anglais/Français), une histoire aussi fausse qu'elle pourrait être vraie.

Trois personnages incarcérés partagent un moment d'échange. Claude est l'un des trois. Comme les autres, Claude ment, il n'a honte de rien. Estomaqué devant ses escroqueries, manipulations et crimes, on devrait les réprouver, les dénoncer. 

Claude, c'est celui que nous ne pouvons pas être. Enfin, celui que nous ne devrions pas être. Celui que nous ne voulons pas, nous devons pas, ne pourrions pas être ? Les mensonges sont multiples, le jeu est double, voire triple, on ne sait plus...

L'histoire de Claude recèle des parallèles avec la condition humaine actuelle. A une époque de résurgence de crises politiques et humanitaires, où l'horreur peut frôler l'ordinaire, suivons le récit d'un Nobody qui ose aller trop loin.

Claude n'est personne...Claude c'est n'importe qui...Claude est "Somebody".

Au Centre Evènementiel de Courbevoie

7 boulevard Aristide Briand
92400 Courbevoie

Samedi 12 avril à 20H30

Réservations : theatraverse@hotmail.com ou 07 69 05 12 59

https://www.ville-courbevoie.fr/11-4350/fiche/spectacle-monsieur-somebody.htm

 

HAPPY ENDINGS
Création LABEL BRUT - Laurent Fraunié, Harry Holtzman et Babette Masson

Ecriture, jeu, conception plastique : Harry Holtzman (promotion 1990-1992)
Collaboration à la mise en scène : Laurent Fraunié et Babette Masson (promotion 1974-1976)
 
 
"Happy Endings" est la dernière création du collectif Label Brut, à la croisée du clown et du théâtre d'images. Ce spectacle porté par Harry Holtzman, artiste au parcours éclectique, est l’aboutissement d’une recherche plastique et théâtrale sur notre rapport à la mort.
 
"Je suis né le 11 septembre 1967. Pour mes 34 ans, mes amis ont voulu organiser une surprise party. Ma mère est venue d’Arizona pour me rejoindre à Manhattan où je vivais à l’époque. C’était en 2001 … La fête, bien sûr, n’a pas eu lieu.

Depuis cet événement, je porte en moi ce projet : trouver le sens de la vie dans la mort.

La forme que je propose se situe entre le documentaire, la fiction et le rituel, comme si approcher la mort nécessitait chez moi de créer des passages entre ma vie, le jeu et l’expérience."

Harry Holtzman
 
 
Au Théâtre Victor Hugo de Bagneux (92)
Le 12 avril à 20h30.
 
Réservations : 01 46 63 96 66
 
 

Tout Seul(s)
LE LAABO

Conception, jeu et mise en scène : Anne Astolfe (promotion 2002-2004 et professeur à l'école) 

 

collaboration artistique : Pascale Fournier (promotion 2002-2004)

Avec

Sylvain Ferlay : musicien, comédien

Sébastien Revel : régisseur plateau, comédien

Julie-Lola Lanteri : éclairagiste

Julien Huraux I créateur et régisseur vidéo
Benjamin Lebreton : scénographe
Rodolphe Moreira : régisseur son

Un spectacle inspiré de TOUT SEUL, une bande-dessinée de Christophe Chabouté

Un homme naît sur un plateau de théâtre abandonné. Entouré par quatre personnages enigmatiques, quelques éléments de décors laissés là et les définition d'un dictionnaire, il conçoit le monde qui l'entoure derrière ces portes.

https://www.lelaabo.com/tout-seul
 
à la Ferme du Buisson, Scène Nationale de Marne la Vallée.
Dans le cadre du Festival Pulp
 
Représentations à 14h samedi 6 avril et 15h dimanche 7
  
http://www.lafermedubuisson.com/programme/pulp-festival-2019
 

LA TRILOGIE DE LA VENGEANCE

Texte et mise en scène : Simon Stone

Assistantes à la mise en scène : Florence Mato (promotion 2010-2011)

Avec : Valeria Bruni Tedeschi, Éric Caravaca, Servane Ducorps (promotion 1998-2000)Adèle Exarchopoulos, Eye Haïdara, Pauline Lorillard, Nathalie Richard, Alison Valence et la participation de Benjamin Zeitoun.

Sa "Medea" l’avait prouvé, ses Trois Sœurs l’ont confirmé : Simon Stone aime les grands rôles de femme et les réécrit pour notre temps avec une singulière acuité. Cette fois-ci, c’est dans un dialogue avec trois grands dramaturges élisabéthains qu’il puise les matériaux de son travail. Shakespeare, Middleton ou Ford ont inventé une manière nouvelle de représenter la violence, dont l’influence se fait encore sentir aujourd’hui à la télévision ou au cinéma. Mais du même coup, et en particulier dans leurs “tragédies de la vengeance”, c’est un certain partage des rôles entre masculin et féminin qui est reconduit jusqu’à nos jours. Un partage en vertu duquel les femmes sont traitées en criminelles ou en victimes. Souvent objets, à peine sujets, quasiment toujours aliénées. Infâmes à moins d’être innocentes. Actives, elles sont transgressives : leur volonté d’indépendance est un crime de lèse-majesté patriarcale qui doit être châtié. Et passives, elles sont livrées à l’agression des mâles. Autour d’elles ou en elles rôde le monstrueux. Le féminin dont ce théâtre porte souvent témoignage est un point aveugle où se nouent les désirs et les angoisses des hommes. Le drame élisabéthain, en exhibant et en exploitant l’horreur d’un tel statut, a joué de la trouble fascination qu’il peut exercer. Stone veut interroger cet héritage, faire l’autopsie de son obscénité, en le portant sur une triple scène pour le mettre à l’épreuve de la voix des femmes. Une troupe presque exclusivement féminine (un homme, un seul, s'est glissé parmi parmi elles) nous guide dans cette descente aux enfers de la violence misogyne.

ODÉON THÉÂTRE DE L'EUROPE

Les Ateliers Berthier - 1, rue André Suares, Paris 17e

Jusqu'au 21 avril 2019 - 

Réservations : 01 44 85 40 40

https://www.theatre-odeon.eu/fr/saison-2018-2019/spectacles-1819/la-trilogie-de-la-vengeance

FUSHIGI !
Compagnie Again! Productions

Mise en scène : Ian Parizot (promotion 2014-2015)

Avec (en alternance) : Paul Colom (promotion 2014-2016), Vincent Leconte (promotion 2016-2018), Cémence Penicaut, Dorine Bocquet, Cyprien Chevillard, Nicolas Perruchon, Julie Douine et Claudia Cochet.

 

 

C'est l'histoire d'une petite fille et d'un monstre. C'est l'histoire d'un château qui marche ; de robots avec un coeur ; d'une rivière qui a oublié son nom. C'est une nouvelle histoire qu'on improvise chaque soir, rien que pour vous.

Les comédiens sculptent de leurs corps des images sur le canevas d'une scène vide comme la feuille blanche du dessinateur, avant de les mettre en mouvement sans savoir où elles vont les mener.

S'inspirant du travail de Hayao Miyazaki, ils créent des univers oniriques où les gestes du quotidien sont sublimés, où les monstres et les esprits redeviennent familiers, observant le monde sans imposer de moralité.

Tous les jeudis, vendredis et samedis à 21h

Du 4 au 27 avril 2019

Au Théâtre de Nesle - 8, rue de Nesle 75006

Réservations : 01 46 34 61 04

FANNY ET ALEXANDRE
D'Ingmar Bergman

Mise en scène : Julie Deliquet (promotion 2002-2004)

Avec : La troupe de la Comédie française

D’Alexandre à l’ensemble des membres de la famille, les personnages offrent à Julie Deliquet une partition sur des thèmes qui lui sont chers : la famille, le couple, la mort, l’opposition des générations

 

« Je peux exister sans faire de films, mais je ne peux pas exister sans faire de théâtre », disait Ingmar Bergman qui entre aujourd’hui au Répertoire, l’année du centième anniversaire de sa naissance. Si on connaît le cinéaste, on sait moins qu’il fut aussi un immense homme de théâtre.
Fanny et Alexandre, qu’il considérait comme son œuvre testamentaire, a d’abord paru dans une version romancée avant d’être réalisé pour la télévision puis adapté au cinéma. C’est de cette matière hybride que s’empare Julie Deliquet qui, après le succès de Vania, retrouve les acteurs de la Comédie-Française pour cette grande fresque sur la vie d’une troupe familiale. Dans une Salle Richelieu transposée au début du XXe siècle, elle les invite au grand banquet de Noël des Ekdhal.
Oscar, le fils d’Helena Ekdhal, a pris la relève de sa mère à la direction du théâtre. Après sa mort précipitée, son épouse Émilie, également actrice, semble trouver en la personne de l’évêque luthérien Edvard Vergerus une voie à même de redonner du sens à son existence. Dès lors, sa vie et celle de ses deux enfants, Fanny et Alexandre, sombrent sous l’emprise de la violence spirituelle de cet homme sanguin. D’Alexandre, figure autobiographique qui résiste à l’instance religieuse avec l’innocence de son âge et la fermeté d’un esprit dévolu à l’imaginaire, à l’ensemble des membres de la famille, les personnages offrent à Julie Deliquet une partition sur des thèmes qui lui sont chers, la famille, le couple, la mort, l’opposition des générations. Elle présente une pièce de troupe irriguée de la pensée de Bergman sur le théâtre, un hommage à cet art, à sa magie et à sa nécessité.

Du 9 février au 16 juin 2019

à la COMÉDIE-FRANÇAISE

RICHELIEU - Place Colette Paris 1er

https://www.comedie-francaise.fr/fr/evenements/fanny-et-alexandre18-19

Découvrez les premiers retours médiatiques:
Le Figaro: https://bit.ly/2NapuJ6
Libération: https://bit.ly/2SV2l2T
Les Échos: https://bit.ly/2SMqjxR

Réécoutez en podcast les émissions :
France Culture: https://bit.ly/2X778gJ
France Inter: https://bit.ly/2tgOu8F

 

 

LABEL ILLUSION
Du COLLECTIF LABEL BRUT

Conception, mise en scène, écriture d’images, interprétation Laurent Fraunié, Babette Masson (promotion 1974-1976) et Harry Holtzman (promotion 1990-1992)

 

La tante Francine est un paquet de farine, hippie en plein flower power. Sa fille Martine, brioche devenue baguette, se présente aux élections présidentielles. Elle se marie avec une saucisse multiculturelle et adopte Marthe... une banane. Ce détournement d’objets de grande consommation raconte une saga familiale sur trois générations.

Festival MARTO, Nuit de la Marionnette
du 16 au 17 mars - 13h15 et 15h45

http://www.labelbrut.fr/index.php?page=spectacles&ssmenu=Label%20illusion

http://www.festivalmarto.com/marto-110/clamart/

Théâtre Jean Arp

EN SE COUCHANT, IL A RATÉ SON LIT

Mise en scène : Lilo Baur (promotion 1992-1994) et Jean-Yves Ruf

D'après les textes de Daniil Harms - Traduction André Markowich

Avec Élissa Alloula, Joan Bellviure (promotion 1992-1994), Jean-Christophe Cochard, Isabel Aimé Gonzalez Sola, Laurence Mayor, Vincent Mourlon, Pierre-Yves Poudou.

 

© Photo de répétition, Pascal Victor

 

Production Théâtre Gérard Philipe, centre dramatique national de Saint-Denis. Coproduction compagnie Chat Borgne Théâtre, conventionnée par la DRAC Grand Est. Action financée par la Région Île-de-France.

Les textes de Daniil Harms sont des petits trésors d’humour, vifs et cruels. Le titre du spectacle en témoigne. Pourtant, si l’on plonge dans la biographie de cet auteur, on ouvre en même temps l’une des pages les plus sombres de l’histoire du XXe siècle. Poète proche du peintre Kazimir Malevitch et cofondateur de l’Oberiou, dernière organisation littéraire de gauche en Russie soviétique avant l’avènement d’une censure totale, né en 1905 et mort de faim pendant le siège de Leningrad en 1942, Daniil Harms a connu un destin heurté, marqué par la grande confusion de son époque. Harms n’a pas eu le temps de se faire connaître avant de se voir interdire toute publication. Il n’a vu paraître de son vivant que deux courts poèmes (en 1926 et 1927). Réhabilité en URSS en 1956, il reste aujourd’hui méconnu en France, malgré une œuvre étonnante, mêlant le tragicomique à l’absurde, maniant la forme courte – poésie, théâtre et prose – dénonçant, par l’humour et le non-sens, la violence et la monstruosité de son temps.

Lors d’un stage mené il y a deux ans au TGP, les metteurs en scène Lilo Baur, Jean-Yves Ruf et Jean Bellorini avaient choisi ces écrits. Le résultat en quelques jours avait tenu de belles promesses.

De ce laboratoire est né le désir de poursuivre le travail et de s’associer. Les saynètes s’enchaînent, très physiques, rythmées, précises. On y voit des chutes, des exactions impunies, des vaudevilles tragiques. La musicalité de la langue, la truculence des personnages, les répétitions, les accélérés et les ralentis composent l’ensemble en une symphonie cruelle. Le groupe de sept comédiens – belle équipe aux caractères sensibles et rugueux – se jette à corps perdu dans ce tourbillon de mots. Poètes prêts à en découdre et à combattre l’arbitraire par le rire.

"Une autre vieille s’est penchée par la fenêtre pour regarder celle qui venait de s’écraser, mais, par excès de curiosité, elle a basculé elle aussi, puis elle est tombée et s’est écrasée au sol. Puis une troisième vieille est passée par la fenêtre, puis une quatrième, puis une cinquième. Lorsque a basculé la sixième vieille, j’en ai eu assez de les regarder et je suis allé au marché Maltsevski, où, à ce qu’on disait, un aveugle avait reçu en cadeau un châle tricoté."  

Daniil Harms, Les Vieilles qui tombent

Au Théâtre Gérard Philipe - Centre dramatique national de Saint-Denis

Du 11 au 31 mars 2019

Du lundi au samedi à 20 h, dimanche à 15 h 30

Relâche le mardi

https://www.theatregerardphilipe.com/cdn/en-se-couchant-il-a-rate-son-lit

MÉLANCOLIE(S)
création et adaptation COLLECTIF IN VITRO
à partir des Trois sœurs et d’Ivanov de Anton Tchekhov

mise en scène : Julie Deliquet (promotion 2002-2004)

collaboration artistique : Pascale Fournier (promotion 2002-2004)

avec : Julie André, Gwendal Anglade, Éric Charon (promotion 2000-2002), Aleksandra de Cizancourt, Olivier Faliez, Magaly Godenaire, Agnès Ramy, David Seigneur

 

Une plongée poignante dans la société contemporaine, avec Tchekhov pour guide…

Julie Deliquet entretient avec Anton Tchekhov une connivence telle qu’elle peut, partant de la pièce Les Trois Sœurs, bifurquer en chemin pour rejoindre Ivanov, un autre grand texte du génie russe. On fait ainsi la connaissance d’Irina, de Macha et d’Olga, toutes trois avides d’un ailleurs qui se dérobe constamment.

Puis on rallie les pas d’Ivanov, cet homme qui aurait tellement aimé être heureux et qui n’y parvient pas. Parce que l’auteur russe aimait les exaltés, celles et ceux qui exigent toujours plus de la vie, les acteurs sur la scène semblent avoir la fièvre au corps. Habillés de jeans et de tee-shirts, ils sont d’un naturel inouï. La représentation pulse comme pulse l’existence

jeudi 31 janvier à 19h30 et vendredi 1er février à 20h30

THÉÂTRE SARTROUVILLE YVELINES CDN 

http://www.theatre-sartrouville.com/evenements/melancolies/

Place Jacques-Brel

78505 Sartrouville cedex

Réservations : 01 30 86 77 79

 

 

BAMAKO-PARIS
Compagnie IO

Bamako-Paris de Ian Soliane

Acteurs : Jonathan Manzambi, Cyril Hériard Dubreuil,

Valérie Diome, Roberto Jean.

Mise en scène : Cécile Cotté (promotion 1978-1979)

 

 

Bamako-Paris raconte l’odyssée d’Ibou, jeune clandestin malien accroché au train d’atterrissage d’un avion en partance de Bamako pour Paris, tandis que son corps est autopsié, 16 heures plus tard sur un lit de morgue, dans une salle de l’Institut médico-légal de Paris. Autopsie d’un corps. Autopsie d’un espoir. Bamako-Paris donne un visage, un corps, une voix à tous ces migrants qui hantent aujourd’hui l’Europe. Un sujet brûlant d’actualité, traité avec une gravité qui n’interdit pas l’humour.

Du 29 janvier au 9 février 2019

ANIS GRAS - Le lieu de l'autrehttp://lelieudelautre.com

55, avenue Laplace - 94110 ARCUEIL

Réservations : 01 . 49 . 12 . 03 . 29 - reservation@lelieudelautre.com

Ce texte est lauréat de l’aide à la création de textes dramatiques ARTCENA. Pièce soutenue par l’Association Beaumarchais / SACD. Avec le soutien d’Arcadi – Île-de-France, l’ADAMI et la participation artistique du Jeune Théâtre National.